Ramadan : les prix des principaux biens de consommation stables durant les 5 premiers jours

Partager sur :

La commission interministérielle chargée du suivi de l’approvisionnement, des prix et des opérations de contrôle de la qualité et des prix, a tenu une réunion le 30 avril dernier, sous la présidence du Département des Affaires Générales et de la Gouvernance relevant du Ministère de l’Économie et des Finances.

Pour l’agroalimentaire, les prix des principaux biens de consommation essentiels ont connu une stabilité durant les 5 premiers jours de ce mois sacré par rapport à la semaine précédente. Certains produits ont même enregistré des baisses des niveaux des prix par rapport à la même période de l’année précédente. À titre d’exemple, le prix de la tomate a régressé de 11% sur l’année, l’oignon vert a enregistré -36% et l’oignon sec -14%. Par contre, des augmentations ont concerné les prix des oranges et des citrons.

Les prix des viandes connaissent une stabilité sur le court terme. La comparaison par rapport à l’année dernière fait ressortir une évolution pour les viandes bovines et ovines de -6,5%, mais de 25,5% pour le poulet vivant.

Concernant les légumineuses, suite à la suspension des droit d’importations en conséquence d’une forte augmentation de la demande mi-mars, les prix ont amorcé un trend baissier par rapport à l’année dernière, notamment pour les pois chiches.

Au niveau des opérations de contrôle des prix et de la qualité des produits alimentaires, les interventions des commissions mixtes ont concerné, durant les 5 premiers jours du Ramadan, plus de 8.000 points de production, de stockage et de vente en gros et au détail. Elles ont conduit à la constatation de 130 infractions en matière de prix et de qualité des produits alimentaires, dont 100 pour défaut d’affichage des prix. Les mesures règlementaires ont été prises à l’encontre des contrevenants.

Pour ce qui est de la qualité des marchandises et produits stockés ou présentés à la vente, les commissions mixtes ont procédé à la saisie et à la destruction de plus de 16 tonnes (T) de marchandises impropres à la consommation ou non conformes aux normes requises. Ces quantités comprennent 4,5 T de lait et dérivés, 3,3 T de viandes, poissons et charcuterie, 2,8 T de boissons et jus et 2 T de pains, gâteaux et confiserie.

Les interventions des services de contrôle de la qualité et de la sécurité sanitaire des produits alimentaires (hors commissions mixtes de contrôle) ont concerné environ 80.000 T de biens et produits à l’importation et à l’exportation, dont 450 T ont été refoulés. D’autres opérations, qui concernent les abattoirs et unités industrielles agréés, ont abouti à la rédaction de 20 procès-verbaux à soumettre à la justice et la saisie et destruction de 20 T de viandes rouges, blanches et produits de la pêche.


Partager sur :

Lire aussi

Ana Jay : la nouvelle application mobile de Centrale Danone au service des épiciers et leurs clients

Partager sur : Le service de livraison à domicile, conçu par Centrale Danone pour aider …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.