Home / A la une / Pêche : évolution des pratiques. La FAO organise un sommet ministériel à Agadir

Pêche : évolution des pratiques. La FAO organise un sommet ministériel à Agadir

DSC07381Le 22 février 2016, des délégations de ministres des pêches de plus de 50 pays se sont réunies à Agadir en sommet avec les acteurs de l’industrie pour examiner les besoins émergents de gouvernance dans un secteur qui représente 17% des apports mondiaux en protéines animales et garantit aux pays en développement davantage de recettes à l’exportation que la viande, le tabac, le riz et le sucre réunis. La mondialisation du secteur halieutique, portée en grande partie par la croissance rapide de l’aquaculture, soulève la nécessité complexe de meilleures règles et pratiques sur la traçabilité, les conditions du travail et la protection de la biodiversité ainsi que les préparations commerciales pour une évolution de la demande, des habitudes de consommation, les impacts du changement climatique, et l’essor rapide des supermarchés avec leurs chaînes d’approvisionnement.

Durant une semaine, des échanges ont contribué à aider la FAO, ses Etats membres et les représentants de l’industrie à comprendre les nouvelles tendances, opportunités et nouveaux enjeux du secteur, encourageant l’élaboration de stratégies « permettant aux pays en développement de développer leurs secteurs halieutiques dans une optique durable et d’optimiser l’avantage économique qui sera tiré de la croissance escomptée », a souligné Audun Lem, Directeur adjoint de la Division des politiques et de l’économie de la pêche et de l’aquaculture de la FAO, et Secrétaire du sous-comité du commerce du poisson, qui tient sa session biennale pour la première fois en Afrique.

Les ministres réunis à Agadir devaient notamment s’accorder sur les directives techniques proposées par la FAO pour les programmes de documentation des prises afin de lutter contre la pêche illicite. Les travaux ont également porté sur l’harmonisation des critères de certification pour les exportations de poisson vers les grands marchés internationaux, où les consommateurs deviennent de plus en plus attentifs aux questions de qualité, de sécurité sanitaire des aliments et de légalité.

Check Also

Production agricole : l’intégration industrielle pour couvrir les déficits de la valorisation

La résorption du déficit en matière de valorisation de la production agricole nécessite la consolidation …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.