Efficacité énergétique : des économies à la clé pour l’agro-industrie

Partager sur :

L’Agence Marocaine pour l’Efficacité Energétique (AMEE) et GIZ Maroc ont organisé le 27 juillet un webinaire sur les bonnes pratiques d’efficacité énergétique dans l’industrie agroalimentaire sous le thème « Quelles opportunités pour le secteur de l’industrie agroalimentaire à l’heure du Covid-19 ? », et ce en partenariat avec la Fédération Nationale de l’Agroalimentaire (FENAGRI) et Izdihar, association des opérateurs économiques des zones industrielles de Sidi Bernoussi.

Plus de 200 personnes ont participé à cet atelier en ligne dont l’objectif est de mettre en lumière les opportunités subséquentes, en termes d’efficacité énergétique, pour le secteur de l’industrie agroalimentaire à l’heure du Covid-19. C’était une occasion pour découvrir les clés d’appropriation pour opérationnaliser rapidement des actions qui permettent de faire des économies sur les coûts de production et d’avoir un meilleur système de management de l’énergie.

Dans son mot d’allocution, Said Mouline, Directeur Général de l’AMEE, a déclaré : « dans le cadre de la crise actuelle, nous pensons que la relance à travers l’économie verte est la solution, avec le digital, pour que notre pays puisse repartir sur de bonnes bases. Et nous sommes là pour accompagner les entreprises, notamment les industries agroalimentaires, dans leur démarche pour baisser leur facture d’énergie. Des outils réglementaires, techniques et financiers sont disponibles. »

D’après M. El Haouari, Directeur du Pôle Énergies Renouvelables et Efficacité Énergétique à l’AMEE, l’industrie agroalimentaire représente une partie importante de consommation énergétique industrielle (plus de 21%). Les industriels peuvent se lancer dans l’économie d’énergie par l’établissement d’audits énergétiques et la mise en place de la norme ISO 50001. En effet, « lAMEE a fait une vingtaine daudits énergétique dans le secteur agroalimentaire, ce qui a engendré des économies d’énergie de lordre de 12,2%. Le gain financier généré par lensemble des projets est de 27,5 MDh/an avec un temps de retour denviron 17 mois », précise M. El Haouari.

En ce qui concerne l’audit obligatoire, le décret N°2-17-746, qui a été publié en mai 2019, fait objet de l’obligation, à partir de décembre dernier, aux entreprises à haute consommation d’énergie (plus de 1.500 tonne équivalent pétrole) de se soumettre à un audit énergétique.

Par ailleurs, des retours d’expérience sur la mise en place d’actions et de mesures d’efficacité énergétique au Maroc ont été présentés dans le cadre du webinaire. Citons le cas de Cosumar qui a réussi à réduire sa consommation d’énergie de 26% entre 2005 et 2019, ainsi que son empreinte carbone de 17% entre 2015 et 2018. Quant à Lesieur Cristal, M. El Baraka, Secrétaire Général au sein de l’entreprise, a présenté leur projet de substitution du fuel par un combustible propre et renouvelable : le grignon d’olive. « 6.000 tonnes/an de fuel sont substitués. Donc, grâce à une énergie verte qui respecte lenvironnement, nous avons réussi à réduire 24.000 tonnes de gaz à effet de serre produits par an », indique-t-il.


Partager sur :

Lire aussi

Les Domaines agricoles abandonnent le glyphosate

Partager sur : Depuis 2016, les Domaines Agricoles se sont engagés à éliminer le glyphosate …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.