Royaume-Uni : opportunités d’export et d’investissement post-Covid pour les entreprises marocaines

Partager sur :

©Walkerssk – Pixabay

Dans le cadre de la série de rencontres organisées pour accompagner les exportateurs et les aider à relancer, maintenir et développer leur activité post-Covid, l’Association Marocaine des Exportateurs (ASMEX), en partenariat avec le cabinet Harvard Consulting, s’est penchée, le 30 septembre dernier, sur le marché britannique et sur les opportunités à saisir après le Brexit.

Pour Hassan Sentissi Idrissi, Président de l’ASMEX, « les cartes mondiales du business sont en profonde mutation. Les différents scénarii qui se profilent à lhorizon pour la reprise économique mondiale comportent certes des challenges et des difficultés mais représentent aussi des opportunités dont le Maroc peut tirer profit. Cest le cas par exemple pour le marché britannique qui est très prometteur. »

De plus, « le Royaume-Uni et le Maroc œuvrent ensemble pour développer et renforcer leurs relations diplomatiques et économiques. Laccord bilatéral, signé en 2019, donne aux exportateurs marocains une longueur davance sur des pays concurrents pour profiter de la reprise post-Covid et, à partir de 2021, de laprès Brexit », soutient Raphael Tirat, expert en développement commercial et recherche de partenaires commerciaux au Royaume-Uni. Il explique d’ailleurs que l’accord prévoit entre autres avantages commerciaux le commerce des produits industriels en franchise de droits ainsi que la libéralisation des échanges de produits agricoles, agroalimentaires et de la pêche.

Actuellement, les exportations marocaines vers le Royaume Uni sont en majorité constituées d’équipement électrique et électronique, d’automobile, de textile, de produits agroalimentaires et de phosphates. En termes d’importations, la demande britannique porte sur les machines et équipements de transport, les produits chimiques, les produits alimentaires avec un très grand potentiel pour le Maroc en termes de fruits et légumes et de produits Halal. Pour bien aborder le marché britannique dans le contexte actuel, M. Tirat recommande aux opérateurs marocains de passer par des partenariats avec des entreprises sur place et/ou proposer des offres groupées, notamment pour des produits tels que les fruits et légumes ou les produits bio (argan, produits cosmétiques naturels…). En termes de logistique et de procédures douanières, l’expert affirme que le Royaume-Uni est en train de mettre en place un système informatique performant qui favorisera et sécurisera les flux commerciaux.


Partager sur :

Lire aussi

Les Domaines agricoles abandonnent le glyphosate

Partager sur : Depuis 2016, les Domaines Agricoles se sont engagés à éliminer le glyphosate …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.