Australie : une place à prendre pour les exportateurs marocains

Partager sur :

©Catarina Sousa – Pexels

Dans le cadre de sa série de rencontres « Doing Business with… », l’Association Marocaine des Exportateurs (ASMEX) a proposé d’explorer les opportunités d’export et d’investissement en Australie. Ce 5ème webinar, organisé le 11 novembre en partenariat avec le cabinet Harvard Consulting, était animé par Emmanuel Bisi, fondateur et PDG d’Expandys, spécialisée dans l’accompagnement opérationnel et la représentation commerciale à l’international.

Quelques faits intéressants sur l’Australie : il s’agit de l’un des seuls pays à ne pas avoir connu de crise lors de ces 30 dernières années. L’île continent a affiché une croissance de 2,9 % en 2019 et une croissance de 3 points lors des 3 dernières années. Concernant la crise sanitaire, l’Australie compte environ 13 nouveaux cas par jour et 27.000 cas recensés pour 907 décès. Le pays n’a mis en place aucune mesure restrictive concernant ses importations.

« Le Maroc jouit dune excellente image sur l’île continent à la faveur de sa culture séculaire, sa diversité culturelle, son art culinaire unique, son ouverture sur le monde ainsi que lhospitalité de son peuple », explique le PDG d’Expandys. En 2018, le commerce bilatéral de marchandises entre les deux pays s’est élevé à 63 millions d’AUD, soit près de 39 millions d’euros. Les principales exportations australiennes vers le Maroc, d’une valeur de 20 millions AUD en 2018, proviennent essentiellement de la viande, les métaux de base, le miel ou encore la mélasse. Les exportations marocaines vers l’Australie, d’une valeur de 43 millions AUD en 2018, proviennent, elles, des engrais, du prêt-à-porter ou des légumes. Afin d’améliorer le potentiel économique, les deux pays ont créé en 2017, l’Australia-Morocco Business Council (AMBC).

« Malgré l’éloignement géographique les marocains peuvent appréhender le marché australien, dailleurs, le pays est en 9ème position pour le Ease of Doing Business », rassure M. Bisi. Concernant plus particulièrement l’agroalimentaire, il est suggéré aux entreprises marocaines de proposer leurs produits aux grandes enseignes de distribution, que ce soit les épices ou les produits d’épicerie fine. Avec un pouvoir d’achat le plus élevé de l’OCDE, la croissance est la plus forte pour les produits sains, pratiques à consommer et de qualité élevée. Pour ceux qui ne souhaitent pas passer par la distribution en grande surface, il est conseillé de recourir à un importateur spécialisé dans les produits gourmets et qui a déjà un réseau de distribution sur le territoire.

Les prochaines rencontres Doing Business se dérouleront le 23 novembre (Russie), le 25 novembre (Canada), le 23 décembre (Côte d’Ivoire) et le 6 janvier (Mali).


Partager sur :

Lire aussi

Azura met le cap sur la valorisation des déchets en partenariat avec Suez

Partager sur : Le groupe Azura, spécialiste de la filière des fruits et légumes, annonce …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.