Durabilité des ressources halieutiques : une vidéoconférence sur les enjeux et opportunités au Maroc

Partager sur :

Organisée par La Fédération des Industries de Transformation et de Valorisation des Produits de la Pêche (FENIP), en partenariat avec le Programme Suisse de Promotion des Importations (SIPPO), une vidéoconférence sur la pêche maritime s’est déroulée, hier, sous le thème « La durabilité des ressources halieutiques : enjeux et opportunités pour le Maroc ». En présence d’experts du domaine, la conférence avait pour vocation de partager des réflexions pour ce secteur considéré compétitif, performant et durable.

« Le secteur de la pêche au Maroc fait vivre 3 milliards de personnes et contribue à la sécurité alimentaire, aussi bien sur le plan national quinternational », rappelle Hassan Sentissi El Idrissi, Président de la FENIP. Le contexte lié au Covid-19 a réaffirmé de façon claire la nécessité de renforcer les actions en faveur de la durabilité du secteur dans son sens large sur les plans social, économique et environnemental. Selon M. Sentissi, les enjeux actuels du secteur sont nombreux. Il s’agit, entre autres, de renforcer les actions de sensibilisation des entreprises sur la responsabilité sociale et environnementale, d’instaurer une image de marque et un signe distinctif reconnu de l’industrie de la pêche marocaine, à travers le label « Moroccan Seafood », de mettre en place une stratégie d’efficacité énergétique et de digitalisation du secteur, ainsi que d’innover dans les produits et les procédés et de développer des cycles de production circulaires. « Aujourdhui, les parties prenantes concernées sont appelées à travailler en parfaite synergie et collaboration en vue de hisser le secteur à la position quil mérite en termes de création de richesses et de performances économiques, sociales et environnementales », déclare-t-il.

Pour Lahsen Ababouch, expert SIPPO, « le secteur des ressources halieutiques a pris une dimension dans le sens de la durabilité pour plusieurs raisons. La principale est que nous parlons dune ressource renouvelable. La seconde est qu’il s’agit de l’un des secteurs où la globalisation a pris une ampleur incroyable. » À présent, le marché est devenu exigeant sur les critères d’accès et d’entrée sur les marchés les plus lucratifs en fonction du respect des critères de durabilité.

De son côté, Dr Abdelmalek Faraj, Directeur Général de l’Institut National De Recherche Halieutique (INRH), a évoqué 3 grandes catégories de défis. D’un côté, les défis et enjeux propres au secteur de la pêche, qui incluent la surexploitation et la surcapacité de pêche, la valorisation les ressources halieutiques et l’accélération de l’émergence de l’aquaculture. D’un autre côté, les défis liés aux changements globaux, qui intègrent la question de la pollution, la destruction des habitats naturels, le réchauffement climatique, et l’érosion de la biodiversité. En outre, Dr Faraj insiste sur le fait que « nous ne sommes pas les seuls à exploiter locéan. Lenjeu est non seulement de montrer que cest important pour la sécurité alimentaire, dun point de vue stratégique, mais nous avons toujours eu à faire face à la question de la durabilité. » Pour faire face à tous ces défis, « nous avons une stratégie nationale et une initiative « ceinture bleue », qui a pour vocation de faire le lien entre ces défis et les opérateurs », ajoute-t-il.

En ce qui concerne les enjeux de la durabilité du secteur halieutique du Maroc au profit des acteurs du secteur et autres parties prenantes, Zakia Driouich, Secrétaire générale au Département des Pêches Maritimes (DPM), considère que « seule la durabilité peut préserver linvestissement, et même le développer. » Ainsi, la durabilité des ressources se trouve au cœur des priorités, de la stratégie passée et de la stratégie en train d’être construite avec les opérateurs. Dans le même contexte, Fatima-Zahra Hassouni, Chef de division durabilité et aménagement des ressources halieutiques au DPM, a insisté sur la nécessiter de joindre l’amont à l’aval pour le maintien de la durabilité. Également, « le contexte actuel est caractérisé par plusieurs facteurs : croissance accrue au niveau national et international et pression exercée sur le stock halieutique, internationalisation des marchés, exigence sociétale sur la durabilité environnementale, le coût de l’énergie et menaces climatiques », liste-t-elle. Pour ce, la pêche maritime est placée dans un cadre de développement durable, prenant en compte 3 facteurs : la durabilité du point de vue écologique, la viabilité du point de vue économique, et la mise en place de l’élément humain au centre de ce développement durable.


Partager sur :

Lire aussi

Suspension de la reconnaissance de la Fimabio : désaccords majeurs dans la famille du bio !

Partager sur : © Hans Braxmeier – Pixabay Le 25 décembre 2020, le Ministère de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.