Coca-Cola à Mannheim : la nouvelle ligne de verre consigné de KHS optimise les processus de tri très complexes

Partager sur :

En l’espace de trois ans seulement, Coca-Cola en Allemagne a investi environ 50 millions d’euros dans l’une de ses plus grandes usines à Mannheim. KHS a contribué au projet avec une ligne de verre consigné, qui gère également des tâches de tri très complexes. Aujourd’hui, l’usine de production fait partie de Coca-Cola Europacific Partners Germany (CCEP DE).

L’une des deux nouvelles lignes de production est un système de verre consigné du fournisseur KHS. « Nous remplissons au total six bouteilles différentes sur cette ligne : quatre au format 200 millilitres et deux au format 330 millilitres. Les plus petits formats sont principalement destinés à l’hôtellerie, où l’emballage doit être un peu plus impressionnant que pour le commerce de détail. C’est pourquoi les marques Coca-Cola, Fanta, Sprite et mezzo mix de cette gamme ont leurs propres designs de bouteilles respectifs. Nous traitons deux formats pour les plus gros contenants qui sont également vendus dans le commerce de détail : ce qu’on appelle la bouteille contour pour les produits de la famille Coca-Cola et notre multibouteille verte pour Fanta, Sprite et mezzo mix », souligne l’entreprise.

Grâce au haut degré d’automatisation du système, la seule tâche manuelle requise a lieu dès le début du tri, en cas de détection de la présence d’un corps étranger, comme des gobelets ou du film. L’obstacle doit ensuite être retiré à la main avant que la caisse puisse être réintroduite dans le processus automatique. Les bouteilles sont placées sur des convoyeurs en fonction de leur taille, avant d’être lacées puis remplies à nouveau. Avec une cadence allant jusqu’à 66 000 bouteilles par heure, le système de tri a une capacité supérieure à la ligne de verre consigné qui peut remplir un maximum de 60 000 bouteilles toutes les 60 minutes. Cela signifie que CCEP à Mannheim subit rarement des temps d’arrêt avec ses vidanges – même pendant la haute saison.


Partager sur :

Lire aussi

La BEI, Banque du climat, appuie le Crédit Agricole du Maroc dans l’évaluation des opportunités et des risques climatiques

Partager sur : Anna Barone, représentante de la BEI au Maroc, et Noureddine Boutayeb, président …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.