Convertir le CO2 en sucre ? Coca Cola soutient le développement de la recherche

Partager sur :

Coca Cola Europacific Partners (CCEP), principale société d’embouteillage de boissons gazeuses Coca Cola au monde, vient d’annoncer sa collaboration avec l’Université de Berkeley en Californie (UCB) aux États-Unis, pour le développement de méthodes permettant la conversion du CO2 capturé en sucre.

En effet, CCEP et UCB soutiendront, à travers la plateforme d’investissement CCEP Ventures, le groupe de Peidong Yang sur la recherche fondamentale qui se concentrera sur la production de sucre à partir du CO₂, sur site et au niveau industriel.

Cet investissement vient démontrer le rôle que l’innovation peut jouer dans le parcours de CCEP pour atteindre zéro émission nette de gaz à effet de serre d’ici 2040. Le développement de prototypes à l’échelle du laboratoire pourrait rendre la production de matières premières et d’emballages essentiels plus durable dans le long terme.

À ce sujet, Craig Twyfor, Head of CCEP Ventures, déclare : « chez CCEP, nous voulons grandir durablement, produire des boissons que les gens aiment tout en aidant à construire un avenir meilleur pour les entreprises, les communautés et la planète. CCEP Ventures aide à trouver des solutions pour les défis de l’industrie et fournir des fonds pour faire de ces technologies fondamentales une réalité. Nous sommes ravis d’être impliqués dans ce projet qui pourrait mener l’industrie dans le développement de technologies transformationnelles capable de convertir le CO₂ de manières encore plus complexes. »

De son côté, le professeur Peindong Yang de l’UCB indique : « la conversion de l’air en sucre pourrait considérablement avoir un impact sur notre capacité à préserver la nature. C’est une vision scientifique audacieuse qui apporterait des effets environnementaux immédiats. Nous sommes heureux de travailler avec CCEP Ventures sur une recherche qui pourrait avoir un impact significatif sur notre capacité à créer un avenir plus durable. »


Partager sur :

Lire aussi

La BEI, Banque du climat, appuie le Crédit Agricole du Maroc dans l’évaluation des opportunités et des risques climatiques

Partager sur : Anna Barone, représentante de la BEI au Maroc, et Noureddine Boutayeb, président …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.