Maroc/Allemagne : quelles perspectives macroéconomiques à l’aune du Covid ?

Partager sur :

Le 16 février 2021, l’AHK, Chambre Allemande de Commerce et d’Industrie au Maroc, a organisé le premier webinaire de sa nouvelle série d’évènements nommée « AHK Lecture Series ». L’objectif de cette conférence était d’apprécier, en compagnie d’experts de la Banque mondiale et de la Fédération des chambres de Commerce et d’Industrie Allemandes (DIHK), les développements actuels au Maroc et en Allemagne et de s’informer sur les perspectives économiques pour ces deux pays en 2021 dans le contexte du Covid-19.

Plusieurs intervenants ont pris part à cette conférence, dont Jesko S. Hentschel, Directeur du département Maghreb et Malte à la Banque Mondiale, qui a tenu à rappeler les objectifs de la Banque Mondiale au Maghreb lors de cette situation de crise. Dans le cas du Royaume, il s’agissait de le soutenir par la mise en place d’un projet d’urgence pour le secteur de la santé  afin de fournir tous les équipements nécessaires, ainsi que le soutien de la relance dans plusieurs domaines, notamment le digital, l’inclusion financière et les nouvelles demandes de mobilité européenne.

En outre, une analyse sur les perspectives économiques au Maroc, basée sur un rapport semestriel réalisé par la Banque Mondiale, a été présentée par Javier Diaz Cassou, économiste principal de la Banque Mondiale au Maroc. Lors de son allocution, il a dressé un bilan de la crise du Covid-19 au Maroc et a indiqué que le Royaume était dans une situation intermédiaire par rapport aux autres pays du monde en ce qui concerne le nombre de cas confirmés par millions d’habitants, tout en précisant que ce dernier est en dessous de ses voisins, surtout au nord de la Méditerranée.

En ce qui concerne la réponse du gouvernement marocain par rapport à la crise actuelle, l’économiste a souligné que les mesures immédiates prises face au Covid-19 ont été transformées en réformes structurelles à long terme. C’est le cas du renforcement du dispositif médical lors de la pandémie qui a abouti à une réforme destinée à universaliser l’accès à la santé et l’assurance maladie obligatoire.

Pour conclure, Javier Diaz Cassou a présenté les prévisions macroéconomiques de la Banque Mondiale, qui laissent présager un rebondissement plus prononcé au Maroc avec une croissance de 4% pour l’année 2021, ce qui est supérieur aux pays du Moyen -Orient et du Nord de l’Afrique ainsi que l’Amérique latine. Ceci dit, il a rappelé la nécessité de suivre de très près de nombreux facteurs de risques, notamment les conditions de financements extérieurs qui pourraient se détériorer.

Un retour à la normale qui tarde

Toujours lors de ce webinaire, Volker Treier, économiste en chef et membre du Conseil exécutif de l’Association des Chambres Allemandes de Commerce et d’Industrie (DIHK), a exposé les résultats de l’enquête régulière auprès des entreprises internationales allemandes du monde entier. Il a ainsi indiqué que les restrictions de voyages étaient considérées comme le problème majeur de l’année précédente selon plus de 75% des entreprises allemandes ayant participé à cette enquête. Quant au retour à une activité normale, Volker Treier a déclaré que 25% des entreprises qui opèrent en Chine ont estimé ou réalisé un retour à la normale de leurs activités en 2020 contre 2% pour les entreprises allemandes opérant en Europe et 4% pour celles opérant en Afrique.


Partager sur :

Lire aussi

Industrie agroalimentaire : une performance globale remarquable et des perspectives de développement d’avenir prometteuses

Partager sur : De g. à dr. : Mohamed Fikrat, PDG de Cosumar, Saïd Mouline, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.