AFI choisit Marrakech et Morocco Foodex pour une convention pionnière hors Amérique

Partager sur :

En collaboration étroite avec Morocco Foodex, la 118ème convention annuelle de l’Association of Food Industries (AFI) s’est tenue pour la première fois en dehors des Etats-Unis depuis la création de l’AFI en 1906, du 02 au 05 mai dans la ville mythique de Marrakech. Cet événement a marqué un tournant historique et a réuni des acteurs clés de l’industrie alimentaire américaine et marocaine. Il a souligné l’importance croissante du partenariat commercial entre les deux pays et a célébré les liens séculaires entre les deux nations qui remontent à 1777 lorsque le Maroc fut le premier pays à reconnaître l’indépendance américaine. Des rencontres B2B ont permis de renforcer les échanges commerciaux, et mis en valeur la diversité et la qualité des produits marocains. Ce rassemblement à Marrakech n’était pas seulement une réaffirmation des liens historiques mais représentait également une plateforme dynamique pour promouvoir une coopération économique et culturelle accrue.

Parmi les personnalités présentes lors de cette convention, Bob Bauer, président de l’AFI, Ghita El Ghorfi, directrice générale de Morocco Foodex et Karim Azzaoui, président du conseil d’administration de l’AFI ont exprimé leur volonté à utiliser ce forum non seulement pour discuter des réglementations et de la sécurité alimentaire mais aussi pour explorer les perspectives de croissance économique et de compréhension mutuelle.

AFI/Morocco Foodex : passerelle pour les exportateurs marocains

 « Fondée en 1906, l’AFI s’est imposée comme une plateforme essentielle pour les importateurs de nourriture, aidant particulièrement les exportateurs étrangers à naviguer dans les méandres réglementaires américains », a déclaré M. Bauer. Il a souligné l’importance de la compréhension des règles par tous les acteurs du marché pour garantir une intégration efficace et réglementaire aux États-Unis. M. Bauer a également mis en avant les services de l’AFI, tels que la mise en relation avec des importateurs américains via un système de numérotation disponible dès l’inscription. « Notre objectif ici est double : fournir des informations cruciales et créer des opportunités de réseautage inestimables pour tous les participants », a-t-il ajouté, reflétant l’engagement de l’AFI à favoriser des échanges fructueux lors de cet événement transatlantique.

Pour sa part, Ghita El Ghorfi, directrice générale de Morocco Foodex, a exprimé sa reconnaissance envers les organisateurs pour leur rôle dans la réalisation de cet événement d’envergure. « Un grand merci spécial à Bob Bauer et Karim Azzaoui pour avoir permis la concrétisation de cette convention. Discutée il y a quelques mois à New York, je suis ravie de voir l’événement prendre vie aujourd’hui à Marrakech », a-t-elle déclaré.

Mme El Ghorfi a mis en avant l’excellence de la gastronomie marocaine, reflet de la qualité des produits agricoles et maritimes locaux. « Beaucoup découvrent le Maroc pour la première fois lors de cet événement, et j’espère qu’ils seront charmés par notre cuisine, qui est l’expression de la qualité supérieure de nos produits, issue d’un terroir unique », a-t-elle souligné, invitant les participants à explorer et savourer la diversité des produits marocains durant leur séjour.

Elle a également évoqué le rôle central de l’AFI, qui regroupe les principaux acteurs du secteur agroalimentaire américain, notamment les importateurs, et la portée de cette convention dans le renforcement des liens commerciaux. « Actuellement, environ 5% de nos exportations sont destinées au marché américain, révélant un potentiel considérable à exploiter. Nous œuvrons à promouvoir davantage notre offre diversifiée de produits de qualité sur le marché américain », a expliqué Mme El Ghorfi, soulignant l’importance des rencontres B2B organisées entre importateurs américains et exportateurs marocains comme étapes clés pour accroître la présence marocaine aux États-Unis.

Karim Azzaoui, président du conseil d’administration de l’AFI, a souligné pour sa part, la force de la relation entre le Maroc et les États-Unis. « Élu président du conseil d’administration de l’AFI récemment à Miami, ma première mission a été de renforcer et de célébrer cette relation qui dure depuis plus de 247 ans, depuis que le Maroc fut le premier pays à reconnaître l’indépendance des États-Unis », a expliqué M. Azzaoui. Il a mis en lumière le rôle de Morocco Foodex dans le soutien à l’industrie alimentaire marocaine, en facilitant les échanges commerciaux et les opportunités d’exportation. « Nous sommes ici pour assister à cette rencontre B2B, pour échanger et pour envisager l’avenir de nos relations commerciales. Le Maroc, avec ses innovations en agriculture et ses avancées en matière d’infrastructures et de logistique, est prêt à accélérer sa présence sur le marché international », a-t-il conclu.

Agriculture marocaine: vue d’ensemble

Une vue d’ensemble sur le secteur agricole marocain a été présentée par Rachid Benali, président de la Confédération Marocaine de l’Agriculture et du Développement Rural (COMADER).

L’importance socio-économique et le rôle du développement durable dans l’agriculture marocaine ont été mis en exergue par M. Benali, qui a déclaré : « Ce secteur non seulement représente entre 13% et 19% du PIB national et assure 33% des emplois dans le pays, mais il est aussi une source vitale de revenus pour 75% des populations rurales. » Les défis majeurs tels que la sécurité alimentaire, la lutte contre la pauvreté et la nécessité de maintenir la stabilité dans les zones rurales ont également été abordés.

Il a souligné les succès du Plan Maroc Vert lancé en 2008, en montrant comment ce plan a réussi à augmenter le PIB agricole, à doubler les exportations agricoles, et à entraîner une augmentation significative des investissements privés et du nombre de journées de travail créées. « Grâce à ce plan, nous avons également amélioré l’efficience de l’utilisation de l’eau et augmenté la couverture des produits de base nécessaires au pays »,  a ajouté M. Benali.

La stratégie Génération Green 2020-2030 a été présentée, laquelle vise à perpétuer le développement agricole en mettant l’accent sur l’élément humain, la résilience écologique et l’innovation. « Cette stratégie comprend la modernisation des circuits de distribution et l’amélioration de la qualité et de l’innovation, tout en promouvant l’entreprenariat des jeunes et des femmes dans le secteur agricole »,  a expliqué M. Benali.

Opportunités bilatérales

L’importance stratégique du Maroc dans la promotion des entreprises agricoles américaines a été soulignée par Benjamin Rau, représentant de l’Ambassade des États-Unis en charge de l’Agriculture, qui a exprimé sa gratitude pour l’invitation reçue et mis en avant le potentiel agricole du Maroc ainsi que les opportunités économiques entre les deux nations.

« Le Maroc est le seul pays africain à bénéficier d’un accord de libre-échange avec les États-Unis, ouvrant la porte à d’importantes opportunités économiques » a déclaré M. Rau. Le volume significatif des échanges bilatéraux dépasse les 900 millions de dollars et inclut les exportations de produits marocains tels que les sardines, les mandarines, les olives, l’huile d’olive et l’huile d’argan vers les États-Unis.

M. Rau a conclu son intervention en encourageant l’exploitation par les entreprises américaines et marocaines, des opportunités commerciales entre les deux pays, rendues possibles grâce à l’importance des infrastructures marocaines, notamment les routes et les ports, qui sont essentiels pour faciliter le commerce et le développement économique.

8,16 milliards USD d’exportations marocaines en 2022

La robustesse et la croissance des exportations agricoles et halieutiques du Maroc ont été mises en lumière par Idriss El Honsali, chef de la régulation commerciale à Morocco Foodex, illustrant ainsi l’attrait croissant des produits alimentaires marocains sur le marché mondial. « En 2022, ces exportations ont atteint 8,16 milliards USD, avec une hausse annuelle de 7% depuis 2018 », a-t-il déclaré, attribuant cette augmentation à l’engouement pour les cuisines du monde, les tendances en matière de santé et de bien-être, l’intérêt pour le tourisme culinaire et le régime méditerranéen. Les produits marocains, notamment l’huile d’olive biologique et extra vierge ainsi que les produits de la mer en conserve (sardines, maquereaux, etc.), sont particulièrement appréciés pour leurs bienfaits pour la santé. Sur le marché américain, le Maroc s’est établi en position de premier fournisseur de l’hémisphère nord en clémentines et mandarines détenant 21% de part de marché en valeur en 2022 et se plaçant juste derrière le Pérou et le Chili à l’échelle mondiale. Le pays a également été reconnu comme le premier fournisseur de sardines en conserve avec 33,5% de part de marché et d’anchois en conserve avec 35% de part de marché en 2022, et comme deuxième fournisseur d’olives noires en conserve avec 27% de part de marché.

Exportation agricole et maritime du Maroc (en milliards de dollars USD)

En termes de volumes, les exportations agricoles et halieutiques du Maroc se sont élevées approximativement à 4,7 millions de tonnes, comprenant environ 2,6 millions de tonnes de fruits et légumes frais, 1,2 million de tonnes de produits agricoles transformés, y compris le sucre, et 900 000 tonnes de produits de la mer. « Les produits horticoles représentent 1,9 million de tonnes et les agrumes 700 000 tonnes », a indiqué M. El Honsali, soulignant l’importance et la diversité de l’offre exportable du Maroc, qui continue de renforcer sa position sur les marchés internationaux grâce à des produits de haute qualité et un terroir unique.

FSVP: clé de la sécurité alimentaire aux USA

Christopher Snabes, directeur de la sécurité alimentaire, groupe Acheson a mis en lumière le rôle essentiel du programme de vérification des fournisseurs étrangers (FSVP) dans la régulation de l’approvisionnement alimentaire aux États-Unis. Il a précisé que l’obligation est faite aux importateurs de s’assurer que leurs fournisseurs étrangers respectent les normes de sécurité alimentaire américaines.

La responsabilité est partagée entre l’importateur et le fournisseur étranger afin de garantir la sécurité des aliments. Cette sécurité mise en avant par le FSVP, est matérialisée par une documentation rigoureuse et une évaluation minutieuse des risques. M. Snabes a aussi souligné l’importance pour les exportateurs de bien comprendre et d’appliquer d’autres règles du FSMA, telles que celles concernant les contrôles préventifs pour les aliments destinés aux humains et aux animaux, la sécurité des produits et la traçabilité qui sera renforcée à partir de 2026.

Il a aussi été indiqué que les audits du FSVP sont une étape cruciale, où la non-conformité peut déclencher des alertes à l’importation, signe d’une surveillance renforcée par la FDA et pouvant bloquer l’entrée des produits alimentaires sur le marché américain. Pour l’exercice fiscal 2023, de nombreux avertissements et lettres d’avertissement ont été émis pour des infractions relatives au FSVP, ce qui marque la sévérité des exigences réglementaires.

M. Snabes a recommandé aux exportateurs de s’assurer que leur documentation est complète, précise et accessible en anglais pour les importateurs FSVP et la FDA, incluant la tenue à jour d’un plan de sécurité alimentaire et la réalisation d’audits réguliers. Il a souligné que la conformité n’est pas seulement une question réglementaire mais une garantie essentielle de la sécurité et de la qualité des produits alimentaires entrant aux États-Unis, contribuant ainsi à la protection de la santé publique et au maintien de la confiance dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire mondiale.


Partager sur :

Lire aussi

L’OCP et l’USAID s’allient pour renforcer l’agriculture africaine

Partager sur : Lors de sa visite à l’Université Mohammed VI Polytechnique à Benguerir le …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *